Commémoration du 33e anniversaire du dernier pharaon kemit : SEEX ANTA JOOP à la librairie Tamery Sématawy

Commémoration du 33e anniversaire du dernier pharaon kemit : SEEX ANTA JOOP à la librairie Tamery Sématawy

 Le jeudi 7 février 2019, à 18 h, la librairie panafricaine TAMERY SEMATAWY, situé au 19 rue du Chalet dans le 10é arrondissement de Paris, a commémoré le 33e anniversaire du retour de l'Osiris Seex Anta DIOP vers les champs d'Ialou.

Tamery nous a suggéré le thème suivant: Le Pharaon du savoir, SEEX ANTA DIOP immortalise les pharaons de l’histoire. L’ancêtre de Thieytou raconte les ancêtres de TAmery, et animé par le professeur Coovi Rakhemiré GOMEZ. 

Programme et Chronogramme de la cérémonie de commémoration:

. Accueil du public et allocution de bienvenue à 18h15.

 . Projection d’une séquence vidéo du Professeur Seex Anta DIOP relative à "L'ORIGINE AFRICAINE ET MONOGENETIQUE DE L'HUMANITE ET DE LA CIVILISATION".

. Séquence de vidéo des Jeunes de la "Génération Cheikh Anta DIOP du Sénégal, relative à la Cinquième édition de la "Marche Dakar-Thieytou" du 2 Février au 5 Février 2019.

-   Intervention du professeur Rakhmiré Coovi Gomez sur le thème suivant:
Le pharaon du savoir immortalise les pharaons de l’histoire : Noms authentiques, biographies sommaires et iconographies originales de quelques souverains illustres de l’Egypte antique nègre
.

. Présentation succincte des ouvrages classiques du professeur Seex Anta DIOP et de son fidèle disciple Théophile OBENGA.

. Témoignage de l’invité d’honneur Victor BISSENGUE relatif à la célèbre conférence de Beaubourg, donnée à Paris en 1985 par le professeur Cheikh Anta DIOP.

 

Voici quelques propos recueillis par Introduction A

 

NARMER, le fondateur de la librairie panafricaine Tamery Sematawy.


Hotep Narmer, quelles sont les principales activités de Tamery ?

Tamery Sématawy est fondée juridiquement en 1999, mais elle existe depuis 1988. Nous cumulons une trentaine d’années d’expériences dans le domaine de la diffusion des connaissances et des informations pour la renaissance africaine. Mobiliser, regrouper en un seul lieu des supports de savoirs qui permettent aux africains, afro descendants d’avoir les bonnes informations afin de prendre leurs responsabilités dans ce monde.

 

 Tamery organise régulièrement des conférences, dédicaces de livres avec leurs auteurs ?

Exact, c’est une de nos marques de fabrique. L’ambition de la librairie Tamery Sématawy est d’œuvrer à une éducation pour les africains et afro descendants. Le contenu de notre éducation est complètement dévoyé aujourd'hui. Nous sommes éduqués pour être soumis aux autres. Tamery travaille à informer, démocratiser les meilleures publications et contenus d’ouvrages pour les mettre au service de notre désaliénation, de notre reconnexion à la source africaine pour comprendre dans quel monde nous vivons et, de nous organiser, nous unir pour assumer notre responsabilité qui consiste à construire nous-même la sécurité, la prospérité et l’épanouissement.

Nous estimons que les conférences sont un moyen de donner un contenu vivant aux livres, et aux supports de la connaissance que nous proposons. Non seulement elles permettent d’opérationnaliser la nouvelle éducation africaine, nous donnent l’opportunité de nous rééduquer, nous retrouver, nous instruire, mais surtout de faciliter également la création de rencontres entre ceux qui produisent les connaissances africaines et ceux qui s’en servent.

En attendant de reprendre le contrôle des Etats africains, de pouvoir injecté dans le système éducatif africain ces contenus pour notre renaissance, nous distribuons les livres.

Alors oui, c’est grâce à Seex Anta DIOP et ses travaux remarquables qui ont permis le rétablissement de la vérité historique sur ce que nos ancêtres nous ont légué comme héritage.

La conférence tournera autour du thème suivant : Le pharaon du savoir, Seex Anta DIOP, immortalise les pharaons de l’histoire. L’ancêtre de Thieytou raconte les ancêtres de Tamery, pourquoi ce choix ?

Précisons ici que le mot Tamery, terre bien aimé est le nom de l’Egypte ancien, aux temps de sa gloire. Un nom affectueux, utilisés par nos ancêtres pour désigner leur pays. Donc, lorsqu’on parle de Tamery il y a une homonymie complète avec la librairie Tamery.

Seex Anta DIOP, de par ses travaux convaincants, scientifiques de très haut niveau, est la personne qui a rétablie la continuité de l’histoire africaine. Avec ses connaissances, notre histoire peut être comptée sans discontinuité des origines de l’humanité jusqu’à nos jours. Il a démontré scientifiquement que cette civilisation égyptienne, brillante de l’antiquité est l’œuvre du peuple noir, kémit. Donc nous sommes en capacité de dire qu’il nous a permis de nous rattacher aux pharaons qui, pendant plus de 3000 mille ans, ont assuré le maintien de l’empire pharaonique à Kamita, Afrique.

A partir de ces faits, nous pouvons entreprendre de reconquérir la maîtrise totale de notre histoire authentique, non falsifiée, de notre civilisation, de ce que nous sommes en tant que peuple présent sur cette terre.

Votre dernier mot NARMER ?

Mon dernier mot est de dire que nous devons continuer de nous battre. Seex Anta DIOP nous a montré la voie et il nous revient de perdurer ce travail jusqu’à la victoire finale, sans laquelle nous serons exterminés. La vie sur terre va disparaître, il n’y a pour nous aucun doute là-dessus. Si nous africains, n’assumons pas pleinement notre responsabilité dans ce monde, en reprenant la place qui est la nôtre, la vie va cesser sur cette terre, et le pharaon des savoirs, Seex Anta DIOP nous a donné les moyens de nous en sortir.

 

RAKHEMIRE COOVI GOMEZ

Egyptologue, historien, conférencier et coordonnateur de l’équipe pédagogique de l’université panafricaine des Savoirs IMHOTEP, le professeur GOMEZ est un des plus fervents disciples du pharaon Seex Anta DIOP. Ce grand savant et panafricain jusqu’aux tripes est respecté par ses pairs et écouté par la jeunesse en quête de savoirs. C’est une bibliothèque vivante qui n’a jamais été un Démissionnaire. Il s’engage à mener un combat scientifique, historique juste et noble pour la Renaissance africaine.

 Voici un extrait de son intervention lors de la commémoration du retour du KA divin du pharaon des Savoirs Seex Anta DIOP.

  • Cheikh Anta Diop était chimiste, rationaliste, il était élève de Gaston Bachelard, celui qui a écrit la formation d’esprit scientifique.
  • Cheikh Anta DIOP était spécialiste de l’antiquité gréco-latine, élève du doyen Jean Hémard.
    - Il était archéologue, disciple du maître de l’archéologie en France à l’époque de André Leroi Gouhran.
    - Il est devenu aussi égyptologue parce qu’il a suivi les cours du professeur Clair et d’autres égyptologues qui, à l’époque ne voulaient pas entendre parler de l’Afrique noire.

Et donc, Cheikh Anta DIOP, comme Imhotep, devient ce qu’on appelle un encyclopédiste c’est-à-dire un Savant pluridisciplinaire. Et c’est en ce moment-là que le pharaon des savoirs découvre sa nouvelle vocation : accélérer la dépendance et fédérer tous les pays d’Afrique noire dans le cadre d’un grand ensemble qu’il appela l’Etat Fédéral Africain et plus tard l’Etat fédéral d’Afrique Noire.

Entre 1946 et 1948, il publia un certain nombre d’articles notamment : « Essai de linguistique Wolof » et tous ces articles sont dans ce recueil : « Alerte Sous les Tropiques» et, qui en même temps est le titre d’un des articles et qui a été donné dans son ensemble par un de ses fils.

Ensuite, en 1948, il publie son article déterminant, paru au Musée Vivant, une revue très célèbre à l’époque, intitulé « Quand pourra-t-on Parler d’une Renaissance Africaine ».

Il va mettre en sentier un projet d’un ouvrage qui est le manifeste de l’humanisme nègre, connu sous le nom de « Nations Nègres et Cultures ». De l’antiquité nègre égyptienne aux problèmes de l’Afrique Noire d’aujourd’hui.

Il ne s’agissait pas de ressasser le passé mais de relever les défis du présent pour préparer le futur. Sa vision n’était pas passéiste mais plutôt une démarche prospective. Les africanistes sont passés à côté lorsqu’ils lui ont fait un procès d’intention en disant que son dessein était d’inventer un passé glorieux aux peuples colonisés qui n’avaient pas de passé.
Ce fut le cas de Raymond Mauny, historien français et « spécialiste de la préhistoire et de la protohistoire de l’Afrique en particulier du Sénégal et du Mali », de Louis Vincent Thomas, « spécialiste de l’Afrique », Devis, le rapporteur du colloque du Caire, ainsi de suite.
Seex Anta DIOP va maintenant ferrailler contre les hostilités des africanistes pour affirmer et asseoir sa thèse. D’ailleurs à cette époque, il avait prononcé une phrase qui a poussé les africanistes à le traiter de « Wolof ingrat et paranoïaque ».

Voici la fameuse phrase:

 « J’affirme qu’aucun savant, quel que soit sa science n’est en mesure de détruire les thèses que j’avance par des arguments scientifiques dignes de ce nom. Tout tentative de ce genre se soldera inéluctablement par un échec lamentable…»

Il avait 29 ans lorsqu’il disait cela. Le pharaon était devenu une vedette dans tout Paris parce qu’il créait des attroupements partout où il passait. Les gens se bousculaient pour lui demander s’il confirmait toujours sa thèse, le pharaon répondait toujours: plus que jamais !...

 Parmi les intervenants, nous avons noté la présence d’intellectuels africains et afro-descendants à l’instar de:

  • L’invité d’honneur, Mr Victor Bissengué. Chercheur en anthropologie, en sciences de l’éducation et de la communication. Il est l’auteur d’ouvrages sur les pygmées, de plusieurs études au Centre national d’art et culture Georges Pompidou à Paris.
  • Adjamagbo Pascal, mathématicien.
  • Pascal Ruffin, scientifique et disciple de Cheikh Anta DIOP.

 La conférence est suivie de quelques témoignages du public venu nombreux afin de s’instruire dont le principal objectif est: se désaliéner.

 

 Propos recueillis par Khoudia Mbaye